ESTAMPE SHIN HANGA (1936), SUR SHIKISHI, KYORAKU SANJU DAI #9, TOMIKICHIRO TOKURIKI
ESTAMPE SHIN HANGA (1936), SUR SHIKISHI, KYORAKU SANJU DAI #9, TOMIKICHIRO TOKURIKI
ESTAMPE SHIN HANGA (1936), SUR SHIKISHI, KYORAKU SANJU DAI #9, TOMIKICHIRO TOKURIKI
ESTAMPE SHIN HANGA (1936), SUR SHIKISHI, KYORAKU SANJU DAI #9, TOMIKICHIRO TOKURIKI
ESTAMPE SHIN HANGA (1936), SUR SHIKISHI, KYORAKU SANJU DAI #9, TOMIKICHIRO TOKURIKI
ESTAMPE SHIN HANGA (1936), SUR SHIKISHI, KYORAKU SANJU DAI #9, TOMIKICHIRO TOKURIKI

ESTAMPE SHIN HANGA (1936), SUR SHIKISHI, KYORAKU SANJU DAI #9, TOMIKICHIRO TOKURIKI

Prix régulier €180,00 €0,00 Prix unitaire par
Frais de port calculés à la caisse.

Neuvième vue de la série « Kyoraku Sanju Dai » 30 vues de Kyoto. Cette estampe, nommée “Omuro no ume", Omuro et son cerisier, a été dessinée par Tomikichiro Tokuriki (1902-1999), et éditée par Uchida Bijutsu, au début de la période Showa en 1936.  

Le temple Ninna-ji est inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO. Ce temple fût construit en 888 par l'empereur Uda, qui s’y installa en 897 après avoir abdiqué pour y devenir moine. Le temple sera alors rebaptisé palais d’Omuro et classé “Monzeki”, c’est à dire uniquement dirigé par des moines de la famille impériale.

Ce temple est célèbre pour ses cerisiers, environ 200, de la variété Omuro Zakura, qui ne se trouverait que dans ce jardin. Ces cerisiers fleurissent plus tardivement que ces compatriotes et sont surtout moins grands, ce qui permet d’apprécier de plus près leurs fleurs.

Sur l’estampe, derrière le cerisier en fleur, on devine la silhouette de la pagode à 5 étages construite en 1644. 


Tomikichiro Tokuriki est né à Kyoto en 1902, il est issu d’une famille d’artistes remontant à l’ère Keicho (1596-1615). Jeune, il a été initié à l’art de l’estampe par son grand père. Pendant ses études d’art à Kyoto, il commence à s'intéresser au mouvement sosaku-hanga. Mais l’art de l’estampe était surtout pratiqué à Tokyo. Or en 1923, un terrible incendie contraint nombre d’artisans de l’estampe et d’éditeurs à s'installer à Kyoto. Pour Tomikichiro, l’arrivée de ces émigrants de Tokyo a été le déclencheur de son orientation artistique, en lui offrant l’opportunité de se rapprocher d'artisans et d’autres artistes, notamment Unichi Hiratsuka. En 1928 il continue d’apprendre sous la direction de  Tsuchida Bakusen (1887-1936) et de Yamamoto Shunkyo (1871-1933). Il est passionné par le sosaku-hanga, aux lignes plus libres et plus modernes. Cependant il connaîtra le succès avec des estampes plus classiques du style shin-hanga, qui vont enflammer les amateurs et les collectionneurs. Il est alors publié par les éditeurs les plus célèbres de Kyoto : Uchida et Unsodo.


Tomikichiro Tokuriki a passé une grande partie de sa vie à Kyoto dans une maison âgée de 200 ans, entourée d’un grand jardin planté de cerisiers et située près du Palais impérial. Pour s’assurer un revenu stable, il ouvre un salon de thé dans une petite boutique en face de sa propriété. Il y a aussi installé son atelier, lieu de travail et d’enseignement. Ses étudiants viennent du Japon et de l’étranger. David Stones, par exemple, a quitté la Grande-Bretagne en 1971 pour étudier avec lui et s’installer au Japon.


Comme beaucoup d’artistes de l’estampe, il a dessiné des séries :

  • 36 vues du Mont Fuji
  • « Seichi shiseki meisho » Lieux sacrés, historiques ou célèbres (50 estampes) (2 éditions : 1941 et 1950)
  • « Kyoto Hakkei »  8 vues de Kyoto
  • « Kyoraku Sanju Dai » 30 vues de Kyoto
  • 12 mois à Kyoto
  • 8 vues du Japon
  • « Hanga Kyoraku Niju-Kei »  20 vues de Kyoto
  • « Kyoraku Jyugo-Kei »  15 vues de Kyoto

MATÉRIAUX : Estampe sur papier shikishi.

CONSEIL : Ne pas exposer les estampes directement à la lumière, les pigments se décoloreraient.

DIMENSIONS : Longueur 27 cm, largeur 24 cm.